Taghia
19 mai 1986

 

 Mon intention de passer ce hameau et de poser bivouac dans Bou Ighaln après avoir franchi le djebel Timghazine, était-elle trop matinale ? En tous cas elle n'a pas su résister à l'appel de la petite plate-forme herbeuse qui domine la rivière à l'entrée des gorges. Me voilà à l'abri d'une éventuelle crue. Ce serait con de me retrouver à l'entrée de Zawia à trois heures du matin flottant sur mon karimat. C'était le dernier conseil de Mohamed avant de nous séparer ce matin. Ne pas se fier à une météo, aussi clémente soit-elle au moment d'installer un bivouac. Un orage arrive vite, et la crue qui s'en suit peut être dévastatrice, surtout à la sortie de telles gorges.

Mohammed a rebroussé chemin ce matin après que nous ayons passé la nuit à Zawia Ahensal chez un ami de son père. Il compte refaire en une journée la montée à Kousser et sa traversée. Un trajet qui nous a demandé deux belles journées de marche à l'aller. Il faut dire que lui montera sur le mulet sur la quasi totalité de l'itinéraire, ce qu'il n'a sans doute pas osé faire quand nous étions ensemble et que je tenais absolument à marcher.

C'est donc le réel départ de mon aventure solitaire dans ces montagnes. Avec des provisions pour trois jours, un ravitaillement possible à Oussikis, des semelles en bon état et un moral à toute épreuve, c'est plus qu'il n'en faut pour atteindre Boulmane n'Dades.

J'ai bien aimé la ballade de ce matin depuis la Zawia. Trois heures de promenade bucolique le long de la petite rivière qui se jette plus bas dans l'assif Ahensal à travers vergers et parcelles cultivées d'orge ou peut-être de blé, je ne sais pas comment les différencier, ont suffit pour rejoindre les maisons de terre rouge de Taghia. Et puis il y a eu les falaises vertigineuses qui font face au village, et dans lesquelles je me vois déjà accroché avec mes potes grimpeurs, la transparence de l'eau, la proximité des vergers le vert profond des petites terrasses étagées sur les pentes soulignées de coquelicots et cette petite place herbeuse, là entre le village et les gorges, et loin là-haut, le col que je devais franchir. Cela valait bien l'octroi d'une demi-journée de contemplation.

Sieste, promenade dans les gorges et toilette complète dans la rivière, ont donc remplacé avantageusement la programmation du départ. La rivière charrie beaucoup de bois et le plaisir de la veillée autour du feu de bivouac non encore éprouvé dans ces montagnes, est si grand que je laisse filer sereinement les heures habituellement dédiées au sommeil réparateur.

Qu'il est doux de pouvoir gérer son temps et son rythme !
On en a si peu l'occasion dans notre vie " speedée " de citadin européen qu'il ne faut pas négliger l'opportunité. Je ne m'accorderai cependant de fantaisies qu'avec l'emploi du temps. L'itinéraire conseillé par mon hôte de la veille sera suivi à la lettre. Du moins en ai-je l'intention au moment où j'écris. Sans guide ni topo, les points de passage principaux que m'a indiqué notre hôte d'hier soir ne seront peut-être pas si évidents à trouver. Surtout si, comme cela semble être le cas, au-delà du col je retrouve un terrain similaire à Kousser, sans points de repères et des traces multiples de déplacements de troupeaux qui partent dans tous les sens. Quel contraste entre les vallées comme Anergui et Zawia Ahensal où les dépôts alluvionnaires et la volonté des hommes à travailler la terre en font de fertiles oasis de montagne, et la désolation minérale de Kousser !

Ce plateau d'altitude présente des signes inquiétants de déboisement. Vaincue par le climat et les pasteurs acharnés à sa perte pour la survie de leurs troupeaux, la végétation est poussée dans ses derniers retranchements. Au milieu des pierres, des buissons épineux et des squelettes difformes de leurs congénères, ne survivent que quelques genévriers thuriféraires centenaires. Pas d'autre eau que celle un peu croupie de deux sources misérables. Si elles m'ont inquiété au point d'y diluer quelques cachets d'hydroclonazone, elles doivent pourtant faire le bonheur des hommes et du bétail habitant cette austère contrée.

Pour un franc-comtois, même d'adoption, qui n'a connu que les forêts vosgiennes et les verts pâturages alpins, le premier contact physique avec cette désolation minérale est impressionnant.
Et la présence d'un autochtone à ses cotés ... rassurante. Néanmoins ce milieu a pour moi quelque chose d'attirant.

D'ici là il me reste encore à rejoindre Oussikis et Boulmane. Il est donc temps de trouver le sommeil.