Nous sommes partis à l'aube….


Aghrum n'tafant, ce pain sans levain cuit au poêlon que j'affectionne particulièrement, une omelette baignant dans l'huile d'olive et trois verres de café au lait cannellé et poivré en guise de petit déjeuner, et nous voici déjà dans la pente. La digestion se fera au pas du mulet. Il prend de l'âge mon ami-porteur Rantanplan, comme moi, et ça tombe bien. Le rythme qu'il dicte est respectueux de nos vieux os.
Et il le faut, car nous n'avons pas le temps de nous mettre en jambes. D'entrée nous effectuons une demi-heure de rude montée derrière le gîte pour atteindre les bergeries de Wihalane. A six heures du matin on ne souffre pas de la chaleur, mais les muscles ne répondent pas comme en milieu de journée…

Le chant d'un coq nous accueille au passage des premiers enclos. C'est plus sympa que les deux chiens hargneux qui rêvent de nous croquer les mollets à l'approche des maisons d'Aguerd. Bon, c'est vrai ils font leur boulot, mais je ne fais plus confiance à ces toutous de bergers depuis qu'un perfide, après m'avoir laissé passer sans montrer les crocs, comme si on était potes depuis toujours, m'a pris en traître et en silence, déchiré le bas du pantalon et laissé pour quinze jours deux petites traces de chicots sur un mollet.

Il faut poursuivre l'effort pendant une heure encore, jusqu'au débouché sur le chemin en corniche dans les falaises, pour mériter la redécouverte de la perspective des gorges avec cette lumière pure des premiers rayons de soleil qui franchissent la barrière de Mourik. C'est la deuxième fois que j'emprunte cet itinéraire pour me rendre à Askemod. Il est certes un peu plus "sportif " au départ, mais je le préfère à celui du fond des gorges, même si dans la montée, après le franchissement de la rivière, ce dernier offre de bien belles vues sur le cirque de Mourik.

A la sortie du chemin des vires, Mohammed, le nouveau gardien du gîte et compagnon de route, me fait tirer tout droit sur le petit plateau caillouteux. Je sollicite une petite pause, le temps de partager quelques fruits secs, et lui fais remarquer que ce n'est pas le chemin emprunté l'année dernière avec Ali.
Il sourit, fait non de la tête et tend la main dans l'axe des falaises pour bien me montrer que nous continuons dans cette direction. Je ne m'en prends qu'à moi et évite de montrer ma contrariété. En effet, persuadé que nous emprunterions l'autre chemin où, à mi-pente vers l'ouest, à environ une demi-heure, nous trouverions la petite résurgence sur laquelle je comptais, je n'ai pas jugé indispensable le portage d'un bidon d'eau. Erreur, d'autant plus stupide que Rantanplan est de la partie. Non pas que je sois terriblement assoiffé à l'instant, mais si le trajet présente la même physionomie que celui que je connais, je n'ai pas fini de sucer mon petit caillou. C'est qu'en toute modestie, je ne situe pas ma sobriété au même niveau que celle de mon jeune et vaillant compère.

Je me renseigne sur la prochaine source. En guise de réponse, alors que je me serais contenté d'une réponse laconique, du genre "dans moins d'une heure…", Mohammed part dans un obscur laïusse et lance le mulet sur l'imperceptible trace en direction du nord. Le problème avec lui, c'est qu'il ne parle pas un mot de Français, qu'il semble persuadé que sa langue natale n'a aucun secret pour moi et, pour corser le tout, son problème d'élocution, un zénorme zeveu zur la langue, me prive souvent de la compréhension du peu de syntaxe tamazight que mes oreilles ont fini par assimiler. J'ai envie de lui dire que je ferais bien la montée jusqu'à cette taghbalout à l'eau un peu terreuse, mais à la fraîcheur toujours appréciable dans ce pays, mais il a déjà pris cinquante mètres d'avance ! Je ne sais pas encore que son empressement à repartir est dû à un autre objectif que celui que j'ai interprété hier soir quand il a proposé d'aller rendre visite à un de ses amis à Askemod.

Après quelques autres traversées de ravin, deux ou trois franchissements de bosses caillouteuses et la perte d'un litre de sueur dans le dos du tee-short, nous arrivons en vue d'une bergerie. Je devrais plutôt dire d'un misérable abri sous roche, fermé sur le devant par un bel et large empilage de pierres sèches en arc de cercle destiné à donner plus d'espace à la sommaire habitation. Mohammed s'en approche malgré la présence agressive du chien gardien des lieux, mais fait rapidement demi-tour dès qu'il constate la présence du cadenas sur la porte qui ferme symboliquement l'accès. Nous n'aurons pas droit au thé brûlant, ni au pain et huile d'olive que tout hôte se doit d'offrir au voyageur qui s'approche de sa demeure. Mais qui dit bergerie dit assurément source à … proximité. En espérant que celle-ci ne nous détourne pas trop du chemin, je fais part à mon sobre compagnon de mon besoin d'H2O. Aussitôt Mohammed ramasse deux beaux cailloux destinés à maintenir la bête à distance respectable si toutefois il lui prenait l'envie de venir humer nos semelles de trop près, et retourne vers l'abri. Il inspecte le muret en pierres, glisse sa main entre deux d'entre-elles et, comme s'il était chez lui, sort une clé, ouvre le cadenas et m'invite à rentrer.

C'est autour d'une théière fumante et d'une tasse d'huile d'olive au fond de laquelle il faut savoir plonger le pain pour y trouver un peu de cet excellent miel de montagne dérobé aux abeilles dans des ruches sauvages, que Mohammed dissipe ma surprise. Son histoire zézayante, soutenue à grands gestes, mimes et petits dessins sur le sol en terre battue, m'apprend qu'il a passé toute son enfance et adolescence dans les falaises d'Arachane comme berger pour son père et son grand frère, que c'est dans ces environs qu'il a connu ses premiers émois amoureux avec Zimba devenue aujourd'hui sa femme et qui, "Grâce à Dieu", lui a donné un fils dès les premiers mois de leur mariage. Je devinne qu'il connaît les propriétaires de cette bergerie avec qui Zimba semble avoir des liens de parenté, mais j'ai pas trop capté lesquels et j'apprends que postérieurement à la décision d'Ali, l'ancien gardien, de quitter le gîte pour aller travailler en ville, c'est lui qui a pris le relais. Mais là non plus je n'ai pas compris dans quelles circonstances.

Peu importe, de toutes façons il est temps d'y aller. Bien requinqué après cette petite collation inattendue, les dénivelés suivants ne sont qu'une formalité. Nous enchaînons plusieurs montées et descentes dans un alignement de bosses, pour déboucher à nouveau sur un chemin en corniche encore plus long et spectaculaire que le précédent. Le soleil est presque au zénith quand nous en sortons pour continuer encore quelque temps hors piste et finir dans un ravin d'éboulis plus qu'instables. Plusieurs dizaines de mètres en contre bas l'assif melloul charrie ses flots ocres de printemps.

Je comprends que nous sommes arrivés au terme du voyage. C'est l'ouie qui réagit la première. Chants, cris d'enfants, bêlements, cliquetis métalliques, frottements de lames sur la pierre, voix claires et entraînées à faire porter le timbre d'une falaise à l'autre, au plus haut d'une arête, au fond d'une combe, partout où l'attend une oreille également aiguisée à ce type d'exercice.

J'entends. J'écoute. J'avance. Je vois.
Je crois rêver. Une ravine en forme de fer à cheval, ouverte et rétrécie sur le bas se jette dans la rivière trois cents mètres en contre bas. La partie fermée est bordée par des falaises de quinze à vingt mètres dominées par des grandes pentes rocailleuses, terre de pacage des Ayt Khoya et Ayt Boulmane de la vallée d'Anergui. Les yeux ne fixent pas de suite les scènes de détail. Je compterai plus tard une quarantaine d'adultes et presque la moitié de gamins en âge de marcher, une douzaine de mulets, quatre ânes et … des centaines de têtes de bétail jouant les acrobates dans les rochers pour dénicher le plat du jour. Tous sont réunis sur ce site entre ciel et terre pour la tonte de l'année.

Entre pente et paroi, sur toute la longueur de la bande étroite et accessible qui sert de base aux falaises, s'offrent des scènes d'un autre temps. Ou plutôt du temps de ces hommes devant moi! Le même, si l'on fait abstraction des quelques bidons en plastique, cordes et cordelettes en nylon, que celui des pères de leurs pères. A l'extrémité la plus resserrée, quelques rochers entassés et un assemblage de grosses poutres grossièrement taillées dans des branches de genévriers, couvertures et bâches de nylon, ferment un renfoncement dans la falaise. Il abrite la cuisine des femmes et une activité fébrile. A l'autre extrémité, deux foyers entretenus par un groupe d'adolescents présagent ripaille. A proximité, sur une petite terrasse, la plus confortable, recouverte de nattes en palmiers nains, tapis et coussins, je reconnais les deux fquihs des Ayt Boulmane et des Ayt Khoya. Ils se prélassent et sirotent du thé en compagnie de deux autres hommes à l'attitude et regard témoignant d'une condition… supérieure. Non loin, un autre homme officie - " Le maître de thé "- . C'est que dans ces montagnes, préparer le thé est une affaire d'homme. Je le connais aussi; c'est le voisin d'Ali sur les pentes d'Ouriz. J'ai assisté chez lui, trois ans en arrière, au mariage d'un de ses fils avec une belle-sœur d'Ali.

Nous passons d'un endroit à l'autre, saluons tous les hommes. Dans la réponse que Mohammed adresse à un berger qui l'interpelle, je discerne quelques mots comme tassarout, zit, atey, aman, me laissant deviner qu'il est en train d'expliquer notre arrêt à la bergerie de son interlocuteur, et peut-être justifier et s'excuser de notre léger retard alors que nous étions attendus. " Salam ! Koulchi Labess ? Chibes makein ? " La tournée continue, mais les salutations ne s'adressent qu'aux hommes; nous ne nous approchons pas de la cuisine, seules deux jeunes filles venues porter un bidon d'eau vers le foyer ont droit à un salut discret sous la forme d'un effleurement délicat et furtif des deux plats de la main. J'ai toujours trouvé de la sensualité dans cette forme de salut entre hommes et femmes, et m'en étonne dans ce pays si pudique. Une autre terrasse accueille un groupe de femmes de tous âges et diverse progéniture. Les bébés sont portés sur le dos des mères, des grandes sœurs, où encore gisent empaquetés, à même le sol à l'ombre de la paroi. Ca discute, allaite, plaisante, et sûrement se moque-t-on de ce roumi maladroit dans les éboulis, et de sa surprise affichée.

A peine en contrebas des deux groupes, les tondeurs s'activent, chantent, aiguisent leurs ciseaux, dépouillent les moutons de la lourde laine qui les a protégés tout l'hiver. Les gestes sont restés tels qu'ils devaient être au temps de leurs aïeux. Les jeunes bergers amènent les bêtes à portée de ciseaux, entravent, maintiennent les plus récalcitrantes, les libèrent et les renvoient vers leurs congénères une fois le travail accompli. Toutes semblent guillerettes de se sentir si légères pour l'été.

Un des deux hommes de belle allure nous invite à ses cotés. Mohammed me fait comprendre que ce sont les propriétaires des troupeaux rassemblés pour la circonstance. J'ai droit à une couverture supplémentaire sous mes fesses qu'ils doivent estimer, si non plus dignes, au moins plus délicates que les leurs. J'essaye de refuser avec le sourire pour finir, non seulement avec cette isolation supplémentaire contre la rudesse de l'endroit, mais avec un coussin venu tout droit, et par les airs, de la terrasse des femmes, aussitôt qu'un fquih en ai émis l'exigence. J'éprouve toujours une grande gêne face à toutes ces délicates attentions dont je suis, dont tout roumi est l'objet constant quelle que soit la personne rencontrée dans ces montagnes. Il n'y a qu'une chose à faire, car je sais qu'il en sera toujours ainsi: sourire, remercier, avaler sa gêne et attendre l'occasion de rendre la pareille.

Pour nos hôtes c'est l'heure du digestif, pour nous, celle de l'apéritif. Tiens, fquih des Ayt Boulmane, j'ignore son nom, souffre de diabète. Il a droit à sa petite théière en tôle émaillée personnelle, sans sucre. Nous partagerons celle, sucrée à outrance, des autres convives. Le thé est aromatisé au thym citronné sauvage, les œufs sont brouillés dans leur pesant d'huile et d'épices, le pain d'orge est encore tiède, sa croûte dorée et craquante à en séquestrer la boulangère, et l'huile d'olive est délicieuse. L'après midi s'annonce sous de bons hospices ! Merci Mohammed.

La fin de la tonte est marquée par un instant de recueillement, prières et louanges au Tout Puissant pour cette année aux pluies exceptionnelles. Ensuite la laine est partagée, empaquetée. La constitution de tas inégaux est emprunte de gravité et de sérieux. Comment font-ils pour savoir ce qui revient à chacun puisque la laine des deux troupeaux a été mélangée ? C'est leur affaire, et celle-ci ne semble poser aucun problème apparent : Propriétaires, tondeurs, bergers, chacun a l'air satisfait de la part qui lui revient, Allah ighlif… Que l'événement se reproduise! Puis les deux troupeaux sont lâchés. Le premier est conduit à grands cris par un jeune couple et leur bambin d'une demi-douzaine d'années vers les pentes qui dominent le site. Le deuxième, moins important, est dirigé à la fronde par un homme seul en direction du passage par lequel nous avons débouché tout à l'heure avec Mohammed. Quelques femmes, dont les plus âgées, aspergent les bêtes au passage avec des rameaux de je ne sais quel arbuste trempés dans un liquide blanchâtre. La pauvreté de ma Tamazight ne me permet pas de connaître aujourd'hui la signification de ce rite.

Et l'après midi se poursuit par le sacrifice d'un bouc et d'un mouton, au rythme lent et sain du dépeçage des bêtes, du thé, du découpage de la viande, du thé, des bavardages et plaisanteries, des jeux des enfants et des bergers, du thé, des brochettes d'abats qu'un jeune garçon fait tourner pour une équité parfaite entre les convives, du thé, des galettes d'orge encore chaudes trempées dans le beurre fondu aux épices. Un agneau, déjà presque à taille adulte, mortellement blessé dans une chute, viendra même enrichir la potée. Avec la fin du jour est venu le siksou trempé de petit lait, suivi d'un petit verre de thé, avant les quartiers de viande grillée, découpés et distribués dans une justice édifiante… sauf pour le roumi à qui revient, bien sûr, le morceau choisi. Vous reprendrez bien un peu de thé ?

La lumière décroît sur Mezzéranne. Ainsi est appelé ce site. Cela signifierait "celle des rochers " ou "la mère des rochers ", des pierres ou des cailloux, enfin quelque chose comme ça, l'orthographe n'étant que la retranscription de ce que mes oreilles ont entendu. Il est bientôt dix-neuf heures. Une jeune fille, un bambin d'à peine six ans et deux femmes portant bébé sur le dos et ballot de laine à la main nous quittent pour rejoindre leur grottes ou bergeries avant la nuit noire. Un chien les rattrape. Tous grimpent dans les éboulis, font corps avec la pente. Le pas est sûr, pas un caillou ne roule, elles adhèrent au sol instable comme les chèvres aux rochers. Tous disparaissent derrière l'arrête par laquelle nous sommes arrivés. Je demande à Mohammed où se trouve leur abri. Il marque la surprise devant la question qu'il considère peut-être dérisoire, répond "Pas loin…" sur le ton de "Quelle importance ?" et finit son énième verre de thé. Je demande un peu plus de précisions. Un trait et trois croix dans la terre : Leur bergerie serait à mi-chemin entre celle où nous nous sommes arrêtés et ici, à l'écart du chemin suivi. Pas loin en effet… Mais quand même une bonne heure de marche dans la pénombre. En réalité, même dans la nuit la plus noire, il n'y a pas trop de soucis à se faire pour elles. Ces pentes, ces falaises, ces entailles dans la montagne, chaque cime, combe, arête ou ravine leur sont connues. Elles les ont courues, explorées, franchies, parcourues en tous sens, sillonnées, par tous les temps et à toute heure, presque pieds nus, tant me semblent une dérisoire protection sur ce terrain, les lambeaux de caoutchouc recousus ou ressoudés au tison, qui autrefois ont du ressentir la fierté d'être appelés "chaussures". Il en sera ainsi jusqu'à ce que les os n'en puissent plus. La mère à peine remise des couches reprend ses corvées d'eau, la garde du troupeau, la recherche du bois. L'enfant est sur son dos ; il sera à ses cotés, dans des endroits si escarpés que bien des adultes de notre société ne sauraient s'y tenir même à "quatre pattes", dès qu'il saura mettre un pied devant l'autre. Vieille femme, elle rejoindra la vallée ou le hameau pour finir ses jours doucement dans la maison familiale en compagnie d'un fils et des petits-enfants.

Les marmites sont sur les braises. D'autres quartiers de viande grillent sur le deuxième foyer. Cet après-midi le couscous et le pain étaient l'affaire des femmes. Aux hommes le thé, le dépeçage et les brochettes. Ce soir ils se collent aussi aux gamelles. Les plus jeunes ont lavé et épluché les légumes, coupé les restes de viande, sous les quolibets gentiment moqueurs des plus âgés. D'autres terminent le travail, activent les foyers, surveillent la cuisson, les fquihs, les deux propriétaires et les tondeurs parlent fort et sirotent -encore- du thé à la lueur des lanternes. Quelques cailloux tombent du haut des falaises. C'est l'annonce d'un troupeau qui rentre dans la nuit. Cris, appels, aboiements, tout le monde se colle aux parois et laisse passer l'averse. Quelques beaux spécimens de la taille d'un ballon roulent dans le ravin et auraient pu laisser sans vie le corps trouvé à sa verticale.

Je rejoins la terrasse personnelle où je m'étais installé en fin d'après midi dans une esquive polie au vingt septième verre de thé. Deux jeunes s'étaient empressés de la tailler dès notre arrivée. Quelques coups de pioche experts et ma chambre était nivelée, nettoyée des quelques cailloux qui auraient pu rendre ma nuit sous les étoiles inconfortable. Le sac de bât du mulet me servira de lit, et un paquet de laine fraîchement coupée sera l'oreiller. Ils m'ont même indiqué l'endroit ou je devais mettre la tête : Là, derrière le petit muret qu'ils ont dressé en refuge à la brise fraîche de la nuit.

A mesure que les bêtes débouchent dans la combe et s'y installent pour la nuit, je compte environ trois cent têtes pour ce seul troupeau. L'autre ne reviendra pas. Sans doute par manque de place aux alentours, le berger aura reçu la consigne de le diriger vers sa bergerie pour la nuit.

Ca fait du bruit quand chèvres et brebis appellent leurs petits. Ca fait du bruit quand ceux-ci, trop vulnérables encore pour être lâchés avec le troupeau dans la journée, cherchent la mamelle maternelle attendue tout l'après-midi. Ca fait du bruit quand le propriétaire engueule le berger et sa femme pour n'avoir su maintenir les bêtes loin de la falaise. Ca fait du bruit quand les roulements de bendirs deviennent profond appel aux youyous sauvages des femmes.
Rythmés, stridents, profonds, enivrants et enivrés, les bendirs bondissent, roulent, dansent, saluent l'arrivée d'Ayur -la lune ronde- sur Mezzérane. Les voix des femmes passent dans le sang tels une ardente réponse -ou défi ?- aux tambours. Cela ne dure que deux ou trois minutes, et tous s'arrêtent, synchronisés, net, au coup de fusil qui ponctue le dernier et violent roulement. La magie et la force de l'instant résident dans cette brièveté.

Chèvres et brebis se sont tues, les cabris sont branchés et dans l'air dansent les escarbilles, crépitent les dernières braises, flotte l'odeur de bois brûlé et des épices dans les gamelles. Suit un long moment de magique plénitude bercé par une voix chaude comme le feu, douce comme le miel de ces montagnes, qui répète, répète jusqu'aux portes du sommeil de son enfant, une litanie apaisante. Des silhouettes se remettent en mouvement. L'une d'elle lance une dernière prière. Elle n'attire que l'autre fquih, le "maître de thé", un des propriétaires, deux tondeurs et trois anciens. Une autre devient Mohammed s'approchant de mes "appartements". Le campement de nouveau s'anime, les psalmodies sont couvertes par les voix des autres hommes et femmes indifférentes à ces ombres dessinées sur la falaise qui se prosternent et se relèvent.

Iminchli -le souper- est prêt, le thé apéritif servi. Mohammed vient me l'annoncer.
Il est bientôt vingt-deux heures.


En ce samedi 22 mai 2001, la lune rend hommage à Mezzérane.