Le plat est énorme.

Plus de soixante-dix centimètres de diamètre. Taillé dans la masse d’un tronc de noyer. Trois agrafes en ferraille tenues par des clous de fer à mulet préviennent l'aggravation de la fente, témoin du grand âge de l'ustensile. Un puits creusé au milieu du pil-pil est rempli de beurre fondu épicé au piment rouge. On forme une boulette avec les doigts que l'on trempe dans le puits. Chichement en ce qui me concerne. Je connais les dégâts provoqués sur un organisme non coutumier de ce régime.

Nous sommes, la famille Berriche et moi, parmi les premiers arrivés. Huit hommes autour du plat. Quatre attendent leur tour. Le thé avant, après. Beaucoup. Le technicien de la commune, invité lui aussi, rend service, fixe et règle la parabole qui trône devant la façade de la maison.
Le support est noyé dans un tonneau rempli de pierres et de ciment.
Bougera plus une fois sec !
La télé fonctionne. Le lecteur DVD tout neuf posé sur son carton et protégé de la poussière par son emballage plastique dont on a découpé la façade, m'apparaît incongru dans cette habitation qui ne verra jamais l'électricité promise pour l'été sur la place du souk. Mais la plaque solaire suffit pour la lumière froide de l'ampoule basse consommation et cette liaison satellite en noir et blanc avec l'autre monde.

D'autres invités arrivent. Revient le plat de tamkhchart. Les thés n'ont pas cessé. La pièce s'emplit peu à peu. Beaucoup de métisses et de noirs descendants des esclaves affranchis des Ayt Sokhmane. J'en reconnais certains, certaines. Des adolescentes aujourd'hui mariées. Mères. Des hommes rencontrés au hasard de mes virées sur leurs terres. D'autres avec lesquels j'ai voyagé. Les barbes sont plus blanches. La lueur dans les yeux et le sourire toujours présents. Arrive le fquih du quartier de la zawia et suivent ses incantations. Le technicien, chemise à carreaux de bûcheron canadien, casquette neuve, rouge, estampillé du sigle d’une certaine confédération de travailleurs, attend, respectueux, la fin des prières avant de zapper à tout va et d'arrêter son choix sur une chaîne que je suppose saoudienne. Tout le monde regarde mais peu d'hommes comprennent l'arabe classique. Aucune femme. Je suis pour le petit Saïd une plus grande curiosité que cette boite à images. Il ne me quitte pas des yeux, me sourit timidement chaque fois que nos regards se croisent. Aïcha étouffe avec peine son troisième baillement devant le bavardage incompréhensible de l'homme dans la boite. Elle encaisse le regard désaprobateur de son grand frère et déguerpit dans la seconde.

La télé m'incommode également. Je prétexte une cigarette et quitte le tapis pour un caillou dans la cour devant la maison. Les nuages anthracite qui se matin arrosaient la vallée, bâchent maintenant Mourik, en enlèvant tout relief aux falaises. Ici, à Aguerd, le ciel a cette pureté et limpidité particulière des lumières d'après l'orage. J'ose deux photos du toit de la bergerie devenu salon de causeries animées entre les femmes aux robes et foulards chamarrés. Trois générations dans la cour. Nordine du haut de ses quatre ans commande une petite troupe de chasseurs de poules. Il court après le coq tandis que son unité cherche à encercler la volaille qui s'éparpille, caquette bruyamment, bat des ailes frénétiquement pour franchir le muret de l'enclos où elle espère trouver protection. Le sourcier, beau-père de Saïd Ou Ighlif, me salue chaleureusement. Rabgha, la vieille, la deuxième femme de «tontonkhribouch» croît toujours que je maîtrise sa langue, parle beaucoup. Trop. Je comprends que je me fais gentiment houspiller pour n'être pas encore passé chez les Oukhribouch. Passe un chat noir derrière le plateau à thé ou se sont posés les verres vides, repris des verres pleins. L'homme au bonnet vert choisit deux éclats de genévrier et ravive le feu sous le tonneau. C'est qu'il faut beaucoup d'eau pour le thé. Et des braises ...car le pil-pil c’était comme notre apéro, pour faire patienter avant les plats de semoule et les tagines dont je perçois les arômes épicés qui s’échappent de la petite cuisine séparée du reste de l’habitation. La femme du forgeron est là aussi, avec sa dernière fille, métisse, grâce et beauté adolescente promise pour les mariages d’automne. Après le moussem. Après les récoltes, quand les comptes de la saison permettront de déterminer le nombre d’invités. Ses yeux noirs en amande se détournent au croisement des miens. La codification et les normes comportementales l'exigent. L’envie est forte de lever mon appareil photo en sa direction. La décence me l’interdit.

On m’appelle. Je m’étais éloigné. Lavage des mains avant de rentrer. Une place se fait pour moi dans un cercle en attente d’un des plats communs où d'autres convives auront déjà fait leur trou. Il arrive en glissant, tiré sur la nappe en plastique qui protège les tapis sur lesquels nous mangeons la semoule assis en tailleur. Les boulettes dansent dans le creux de la main. Les grains collent entre les doigts qu'il faut lécher longuement pour nettoyer. Chacun avale sa part. Vite. Sans parler. Les plats repartent. Les femmes et les enfants attendent dehors sur l’argile blanche du toit de la bergerie. Dans la chambre, sur les tapis, les cercles des hommes restent formés. Les tagines et le pain suivent rapidement. Bismillah... Brahim rompt ces derniers et répartit les morceaux autour du plat. Les pommes de terre brûlent les doigts teintés du jaune et rouge des épices de la sauce.

Un délice que ces galettes à la farine d’orge et de blé mélangés, cuites à la braise et encore tièdes. Je repense à cette agence de trekking que j'ai vu débarquer la semaine dernière au gîte avec ses pains blancs achetés à Marrakech! Comment ces agences ne mesurent-elles pas l’absurde, le grotesque – j’essaie de rester correct ! – de telles pratiques ? Et aussi le manque de considération, à la fois envers leurs clients à qui elles donnent du mauvais pain ramolli par une journée dans un sac plastique, et aussi envers le gîte qui pourrait fournir ce pain , et qu’elles privent ainsi d’une rentrée supplémentaire, et non superflue, des quelques Dirhams payés dans la boulangerie en ville.

Le morceau de viande reste intact au milieu du plat jusqu’à la dernière bouchée de pommes de terre. Brahim, encore lui partage. Sept bouchées. Une chacun. La mienne est sans os, choisie pour l’étranger. Bismillah. Lave-mains, savon, prières. Des mouches visitent quelques miettes sur les tapis, d'autres défient les lois de la gravité sur la cordelette entre deux poutres. Les hommes sortent. Le repas est fini. Je retrouve la lumière de l’après midi.

L’orge est moissonné à Aguerd. Le blé finit de mûrir, attend son heure. Un mulet bande. Désir inassouvi. Une poule escalade un muret de pierres, les poussins s’essayent. Echec. Passent entre les cailloux maladroitement. Les hommes d’un coté, les femmes de l'autre. Toujours. Et les enfants qui jouent, qui courent. Un homme harnache son mulet. Des femmes empaquettent leur progéniture. Bossues, elles saluent et prennent leur chemin.

Khella est heureux.
Nous fêtions le baptême de son dernier enfant.

Mai 2006

Aguerd
Vallée d’Anergui