Arachane
Les gorges de l'assif Melloul

Retour accueil
Retour page précédente





Après avoir traversé la vallée et buté sur les flancs sud de Mourik,
l'assif melloul se fraye un joli parcours bucolique dans un long et profond défilé.
Elle y perd l'appellation de "rivière blanche" qu'elle porte depuis sa naissance sur les hauts plateaux d'Imilchil
pour devenir Arachane, la rivière des gorges.

  Dans leurs migrations et transhumances depuis les versants sud, les populations anciennes avaient tout naturellement tracé le long de ses berges un des accès aux derniers contreforts de l'Atlas et, encore plus au nord, à la grande plaine du Tadla.

Jusqu'à nos jours, ce vieux sentier muletier à toujours représenté pour les Ayt Ouanergui le moyen plus rapide pour relier leur vallée à pied ou à dos de mulet au centre urbain de Ouaouizerth.




Une difficile mais très belle piste à repris aujourd'hui l'essentiel du tracé.
Accessible uniquement aux véhicules tout terrain, elle vient seconder celle reliant Taguelft à Anergui, qui est souvent impraticable en hiver sur les hauts plateaux de Tinguerlft.

Mais c'est à pied, tranquillement en deux jours, parmi les senteurs de pins d'Alep, lauriers roses et chênes verts méditerranéens, que le voyageur appréciera pleinement l'environnement, le charme et la douceur de la vie pastorale qui règne tout au long des trente six kilomètres de méandres entre "La Cathédrale" et Anergui.


visite des gorges 11 photos



S'ils n'hésitent pas à mi-parcours à traverser la rivière par la passerelle d' Askemod , et gravir les escarpements rive gauche, les randonneurs confirmés se verront offrir une sympathique variante en faisant étape au hameau du même nom. Le lendemain, les crètes somitales et les spectaculaires vires de falaises donneront un autre accès à la vallée, directement sur les hauteurs de Wihalane, avec de belles perspectives aériennes sur les gorges.

 

 

 

Retour